Dior, Le défilé Haute-Couture Printemps/été 2013 .

481 Views 0 Comment

Du 21 au 24 Janvier le fleuron de la mode investit la capitale pour une semaine consacrée à la présentation des collections Haute Couture printemps/été 2013.
Les plus spectaculaires, pointus et techniques de tous, ces défilés sont un rendez-vous incontournable de la mode. C’est à travers ces collections que se dessinent les tendances à venir dans le Prêt-à-porter. L’espace d’une semaine, à raison de deux fois par an, un club très fermé et réduit de créateurs s’offre le luxe de défiler dans les plus beaux espaces parisiens dans le seul but de nous faire rêver. Ainsi, cette année nous retrouvons seulement 12 membres permanents, 4 membres correspondants et 4 membres invités dans le calendrier de la chambre syndicale de la Couture parisienne. Afin de maintenir un tel niveau d’excellence les contraintes à respecter, pour bénéficier de l’appellation Haute Couture, sont extrêmement strictes et difficiles. Inscrit au patrimoine culturel de la France, elle est d’ailleurs une appellation protégée depuis 1945 par décret.

Les grands noms de la mode s’y sont tous donné rendez-vous : les défilés Versace ou encore celui de Chanel ont déjà eu lieu. Ce dernier fut grandiose comme à son habitude et fait d’ores et déjà beaucoup parler de lui. Pour en savoir plus lisez l’article que nous lui avons a consacré à paraître très prochainement sur le mag.

Mais ce matin, c’est la Maison Dior, qui est à l’honneur.

Ce lundi, Raf Simons présentait sa collection printemps/été 2013 pour la Haute Couture, la seconde depuis qu’il a été nommé à la tête de la griffe française. Si certains dénoncent une prise de risque limité de la part du créateur, il n’empêche que ce dernier nous livre une collection élégante, raffinée et très contemporaine. Désireux d’inscrire la Couture dans l’air du temps, il imagine des pièces portables destinées à une jeune femme moderne et audacieuse.

Dans la continuité de sa campagne de communication, avec cette collection très épurée, le designer s’éloigne un peu plus de la théâtralité de John Galliano, en se rapprochant de l’esprit du maître et des origines de la maison.

Pour cette saison, le créateur belge propose de ravissantes silhouettes romantiques, mises en scène dans une présentation bucolique. Gracieux, les mannequins évoluent dans une forêt enchantée, clin d’œil à l’amour commun que Monsieur Dior et le créateur portent à la nature et aux jardins.

Si pour l’hiver, le smoking était la vedette du défilé, pour le printemps, Dior imagine une femme ultra féminine et en robe. Celle-ci est mise à l’honneur à travers des modèles aux lignes épurées et voluptueuses. Quasiment toutes à bustier elles laissent apparaître les épaules et les bras des femmes pour plus de sensualité.

Respectueux de l’héritage, il emprunte au vestiaire « New Look » de Christian Dior, ses longs jupons aériens et ses tops à basques. Portées au-dessus d’un pantalon à coupe droite, ces pièces en volants évasés, viennent contraster et accentuer la taille et la courbe naturelle des hanches féminines. Pour un effet des plus glamour.

Cette approche très classique est contrastée par des découpes très contemporaines, réalisées au laser notamment, et des jeux de superpositions tout aussi modernes. Ainsi les bustes corsetés s’opposent à de larges jupons.

 

Une robe dont les fleurs brodées sont tellement minutieuses et délicates que l’oeil nu les remarque à peine. Un travail extraordinaire réalisé par les petites mains des ateliers et c’est là toute la magie de la Haute Couture.Le temps fort du défilé reste sans aucun doute cette superbe robe ballon aux empiècements fleuris qui semble flotter dans les airs tant elle paraît légère.

Pour ce printemps, Raf Simons décline une collection riche en couleurs pastel à l’image de la Maison Dior.

Dans un esprit très tendre, il mise sur le rose poudré et le vert d’eau,  allié tantôt à du gris, tantôt à du noir. Il résulte de cet assemblage de couleurs parfaitement maîtrisé, une fraîcheur et une luminosité typiques des journées printanières.

Nous avons aussi repéré des tenues ultra colorées et pétillantes à l’instar de cette robe jaune ou de ce trench-coat orange.

Au travers de ses modèles, tout le talent et le savoir faire du créateur en matière de jeux de volumes et de découpes se dégagent. Son travail des matières, des détails subtils est terriblement minutieux. Une fois de plus il s’impose comme un maître de la construction à la rigueur et à la précision exemplaires.

Côté accessoires, on salue la présence de longs gants brodés de minuscules fleurs et on note également le retour de la voilette. En matière de souliers nous avons aimé les escarpins et bottes à l’esprit plus futuriste.

Enfin qui dit défilés dit stars. Toujours à l’affut des dernières tendances, les personnalités étaient nombreuses à braver le froid et la neige pour être en front row du défilé.

Et vous avez-vous aimé ce défilé par Raf Simons autant que nous ?