Expédition gratuite pour toutes commandes > 80€ pour la France et > 300 € pour l'International

LEXIQUE

Besace :

Sac se portant en bandoulière, formé de deux faces symétriques dont le bas est arrondi et le haut est cintré. Il peut être fermé par une patte centrale ou par une fermeture à glissière.

Cabas :

Sac plat de matière souple, de grande contenance, à deux poignées en forme d’anse, porté à la main ou au bras.

Cartable :

Sorte de sacoche à poignées, à bandoulière ou à bretelles, de cuir, de carton ou d’autres matériaux.

Fourre-tout :

De forme analogue au cabas mais plus petit et sans poche intérieure. Sac bon marché, utilitaire, pratique et souple, généralement en peausserie ou en grosse toile.

Montage sellier :

montage à plat de deux bords coupés francs cousus machine ou à la main. Montage de type sport.

Montage maroquinier :

application d’un morceau de cuir affiné sur le bord d’un autre cuir faisant pendant et recouvrant ainsi la tranche. Opération suivie d’une couture.

Montage rembordé contre collé :

montage de luxe en général pour les cuirs « velours » ou « nubuck ». Cette technique consiste à parer les deux bords que l’on veut assembler, à les rabattre au niveau de la parure et à les coller l’un contre l’autre (contre-collé). Une piqûre (machine ou main) peut venir les solidariser.

Montage retourné :

il consite à coudre deux bords dessus contre dessus puis à la retourner de façon à cacher la couture en la mettant à l’intérieur. Souvent agrémenté d’un jonc (petite bande de cuir pliée en deux) inséré entre les deux bords.

Pochette :

Petit sac de dame sans poignée ni bandoulière, mais avec éventuellement un passe-main au dos.

Pochette Kilim :

Pochette réalisée à partir de coussins kilim anciens provenant des tribus berbères marocaines. Ces sacs sont eco-reponsables car créés à partir de pièces vintage et donc issues de la récupération.

Pochon :

Sac, sachet.

Polochon :

Petit bagage souple cylindrique porté dans le sens horizontal, muni d’une fermeture à glissière et de deux poignées.

Rabat :

Partie du sac se repliant en fermeture, parfois agrémenté d’un fermoir.

Réticule :

Petit sac suspendu à une chaînette ou à une cordelière. La vogue des robes près du corps rendit le petit sac que l’on portait suspendu au bras ou au poignet, utile pour se substituer aux nombreuses poches enfouies dans les amples jupons de l’Ancien Régime.

Sac :

Du latin classique saccus, emprunt au grec ancien sakkos, venant lui-même d’un terme sémitique saq désignant une étoffe grossière en poil de chèvre, une toile d’emballage. Terme général désignant un contenant destiné au transport d’objets ou de matières les plus variés.

Sac à dos :

sac se portant sur le dos généralement maintenu par deux brides à boucles, se ferme par un lacet coulissant caché parfois par un rabat.

Sac à main :

accessoire féminin servant à mettre l’argent, les papiers, le maquillage. Il se démocratise après la Première Guerre Mondiale. A poignée(s) ou à bandoulière, de formes et de matières variées selon l’usage, il se définit comme sac de ville, sac du soir, sac sport, fourre-tout ou selon sa forme : sac-baguette, sac-seau…

Sacoche :

Double sac. La sacoche en cuir, composée de deux sacs réunis ensemble par des courroies, fut un accessoire utile aux courriers et aux voyageurs pour transporter leurs papiers ou effets précieux. La sacoche était placée sur le dos de la monture, de façon que chacun des sacs, pendant d’un côté, fasse contrepoids à l’autre.

Sac-seau :

sac fourre-tout de dame, cylindrique ou s’évasant à fond rigide. Généralement ouvert, parfois fermé par un couvercle ou un bavolet à coulant pour protéger des regards indiscrets. Il s’inspire du seau d’incendie dont les plus anciens étaient en cuir.

Serviette :

sac rectangulaire à rabat fermé par un ou plusieurs fermoirs, à soufflets avec séparations intérieures, avec ou sans poignées.

Vanity-case :

Petit bagage rigide souvent parallélipipédique ou cylindrique, muni d’une poignée, destiné à protéger et transporter les objets de toilette féminins. Il est muni d’une glace accrochée sur la face interne du couvercle. Des sangles et des logements intérieurs évitent que les flacons et les divers contenants s’entrechoquent.